1967-2017 : le musée de l’Empéri fête ses 50 ans !

50 ans Empéri« Du 13 mai à la fin décembre, dans la salle des écuries du Château, au travers de l’exposition « Témoins de l’Histoire, anatomie d’une collection », le public découvre l’histoire et les péripéties de la collection du musée de l’Empéri.

Des soldats de plomb, uniformes et armes d’enfant furent le point de départ de ce qui allait devenir une collection particulière de qualité. Celle-ci ne va cesser de s’agrandir pour devenir une collection de référence, et voyager dans le monde entier.

L’exposition présente également son installation à Salon, au château de l’Empéri, après son rachat par le Musée de l’Armée, et son évolution depuis qu’elle est devenue une collection muséale à part entière. Mais cette exposition est aussi l’occasion de dresser le portrait des hommes qui ont consacré leur vie à la constitution et la reconnaissance de cette collection unique en son genre : Raoul Brunon, qui décède durant la Première Guerre mondiale ainsi que son frère Jean, qui poursuivra inlassablement l’œuvre de son frère et deviendra un éminent spécialiste des questions de costume militaire. Enfin, Raoul, le fils de ce dernier, sera le premier conservateur du musée. Leurs destins individuels – et celui de la collection – sont profondément ancrés dans l’Histoire avec « un grand H » de la fin du XIXe et du XXe siècle et en sont révélateurs. C’est donc à une plongée historique et une découverte esthétique que vous invite cette exposition ».

Communiqué de la ville de Salon-de-Provence.

 

Publicités

Deux Comtois de la Garde Impériale : Exposition temporaire au musée de Pontarlier

Par Benoît Lorenzini, membre de la SEHRI.

Le musée municipal de Pontarlier (Doubs) présente, du 2 juillet 2016 au 1er septembre 2017, une exposition temporaire consacrée à deux officiers supérieurs comtois ayant servi dans la Garde Impériale, Louis Joseph Vionnet de Maringoné et Louis Lonchamp.

general-louis-joseph-vionnet-de-maringoe
Portrait du général Louis Joseph Vionnet, baron de Maringoné. Celui-ci pose avec son sabre d’honneur. 

Après avoir été quelques temps instituteur à Métabief, Louis Joseph Vionnet (1769-1834) entre au service dans les armées révolutionnaires en 1792 comme sous-lieutenant de canonniers au 6e bataillon de volontaires du Doubs. Après avoir servi à l’armée du Rhin (1792-1793), aux armées de la Moselle, du Rhin, des Alpes et d’Italie (1794-1797), aux armées de Rome et de Naples (1798-1799), on le retrouve à l’armée de réserve en Italie, puis à celle des Grisons (1800-1801). Il est alors capitaine à la 12e demi-brigade d’infanterie de ligne et obtient en 1802 un sabre d’honneur pour sa conduite à l’affaire de Brentino (29 juillet 1796). Officier de la Légion d’honneur en 1804, il fait campagne à la Grande Armée en 1805 et passe comme capitaine dans les grenadiers à pied de la Garde Impériale en 1806. Son destin se confond alors avec celui de cette illustre phalange : campagnes de 1806-1807 en Prusse et en Pologne, de 1808 en Espagne, de 1809 en Autriche, de 1810-1811 en Espagne, de 1812 en Russie, de 1813 en Saxe et de 1814 en Belgique. En 1813, il est major du 2e régiment de tirailleurs de la Garde impériale, avec rang de colonel dans la ligne. Maréchal de camp au début de la Première Restauration, il ne sert pas aux Cent-Jours et exerce sous la Seconde Restauration divers commandements territoriaux, combattant en 1823 en Espagne où il est promu au grade de lieutenant-général. Baron de l’Empire, chevalier de la Couronne de Fer et commandant de la Légion d’honneur en 1813, il est fait vicomte de Maringoné en 1822. Il est l’auteur de mémoires publiés en 1899 sous le titre de Campagnes de Russie et de Saxe (1812-1813) : Souvenirs d’un ex-commandant des Grenadiers de la Vieille-Garde.

Lire la suite

Plus que quelques jours pour visiter l’exposition sur le docteur Christophe Reverdit au musée Camos

Plus que cinq jours pour découvrir l’exposition consacrée à la vie et à l’œuvre du médecin et chirurgien militaire Christophe Reverdit (1790-1846). Elle se termine en effet samedi 30 avril.

Reverdy portrait Benoît Lorenzini
Chirurgien militaire – Portrait miniature, collection Benoît Lorenzini.

De nombreuses pièces originales, dont certaines issues de collections privées, et pour la plupart jamais exposées au grand public, sont présentées : instruments chirurgicaux, armes anciennes, objets pharmaceutiques, archives et manuscrits.

Né à Bargemon en 1790, Christophe Reverdit participe, comme chirurgien aide major, aux batailles du 1er Empire et survit à la funeste campagne de Russie. A son retour des armées, il exerce son activité de médecin dans son village natal avant de devenir conseiller général, puis maire de Bargemon.

Installée dans l’espace des manifestations temporaires du musée, l’exposition propose – outre l’évocation de Reverdit – une approche de la médecine du XIXe siècle, à travers une scénographie illustrée d’une importante iconographie et de nombreux objets de médecine.

Exposition organisée en partenariat avec la mairie de Bargemon, les Archives Départementales du Var, le musée de l’Artillerie de Draguignan et l’association BTC.

Ouvert du mercredi au dimanche de 10h à 12h30 et de 14h30 à 18h.
Musée-Galerie Camos : 04 94 76 72 88 – 
Réseau des musées de la Dracénie : 04 94 47 05 72.

Reverdit campagne de Russie Marc Morillon
Le docteur Réverdit escorté par un cavalier du 6e régiment de cuirassiers durant la campagne de Russie – Infographie de Marc Morillon, DR.