Deux Comtois de la Garde Impériale : Exposition temporaire au musée de Pontarlier

Par Benoît Lorenzini, membre de la SEHRI.

Le musée municipal de Pontarlier (Doubs) présente, du 2 juillet 2016 au 1er septembre 2017, une exposition temporaire consacrée à deux officiers supérieurs comtois ayant servi dans la Garde Impériale, Louis Joseph Vionnet de Maringoné et Louis Lonchamp.

general-louis-joseph-vionnet-de-maringoe
Portrait du général Louis Joseph Vionnet, baron de Maringoné. Celui-ci pose avec son sabre d’honneur. 

Après avoir été quelques temps instituteur à Métabief, Louis Joseph Vionnet (1769-1834) entre au service dans les armées révolutionnaires en 1792 comme sous-lieutenant de canonniers au 6e bataillon de volontaires du Doubs. Après avoir servi à l’armée du Rhin (1792-1793), aux armées de la Moselle, du Rhin, des Alpes et d’Italie (1794-1797), aux armées de Rome et de Naples (1798-1799), on le retrouve à l’armée de réserve en Italie, puis à celle des Grisons (1800-1801). Il est alors capitaine à la 12e demi-brigade d’infanterie de ligne et obtient en 1802 un sabre d’honneur pour sa conduite à l’affaire de Brentino (29 juillet 1796). Officier de la Légion d’honneur en 1804, il fait campagne à la Grande Armée en 1805 et passe comme capitaine dans les grenadiers à pied de la Garde Impériale en 1806. Son destin se confond alors avec celui de cette illustre phalange : campagnes de 1806-1807 en Prusse et en Pologne, de 1808 en Espagne, de 1809 en Autriche, de 1810-1811 en Espagne, de 1812 en Russie, de 1813 en Saxe et de 1814 en Belgique. En 1813, il est major du 2e régiment de tirailleurs de la Garde impériale, avec rang de colonel dans la ligne. Maréchal de camp au début de la Première Restauration, il ne sert pas aux Cent-Jours et exerce sous la Seconde Restauration divers commandements territoriaux, combattant en 1823 en Espagne où il est promu au grade de lieutenant-général. Baron de l’Empire, chevalier de la Couronne de Fer et commandant de la Légion d’honneur en 1813, il est fait vicomte de Maringoné en 1822. Il est l’auteur de mémoires publiés en 1899 sous le titre de Campagnes de Russie et de Saxe (1812-1813) : Souvenirs d’un ex-commandant des Grenadiers de la Vieille-Garde.

general-louis-longchamp
Portrait du général Louis Longchamp.

Louis Lonchamp (1770-1832) entre lui au service en 1792 comme capitaine au 7e bataillon de volontaires du Doubs. Après avoir servi aux armées du Rhin (1792-1793), du Nord (1793-1794), de Sambre-et-Meuse (1794-1796) et d’Italie (1797-1798), il s’embarque pour l’Égypte, où il fait campagne de 1798 à 1801. Stationné à partir de 1803 à l’armée des Côtes de l’Océan, il entre en 1805 comme chef de bataillon dans les grenadiers à pied de la Garde Impériale. Dès lors, on le retrouve à la Grande Armée en Autriche, Prusse et Pologne en 1805-1807, en Espagne en 1808, en Autriche en 1809 et de nouveau en Espagne en 1810-1811. Depuis 1809, il commandait comme major le 1er régiment de tirailleurs-grenadiers. Commandant de la Légion d’honneur en 1809, baron de l’Empire en 1810, il est promu au grade de général de brigade en 1811. C’est ainsi qu’il fait campagne en 1812 en Russie et en 1813 en Saxe, étant ensuite affecté dans des places avant d’exercer aux Cent-Jours divers commandements territoriaux. Il n’est pas employé activement sous la Seconde Restauration.

A travers le destin de ces deux Comtois, l’exposition du musée de Pontarlier présente la Garde Impériale napoléonienne, son organisation et son statut particulier, et ce, au travers de 35 œuvres proposées au regard des visiteurs sur 48 m² d’exposition. Au menu : portraits, documents iconographiques, récompenses, armes, coiffures et pièces d’équipements, ainsi que des extraits sonores des mémoires du vicomte de Maringoné, qui témoignent des honneurs et de la gloire liés à la guerre mais également de la réalité meurtrière et des conditions de vie difficiles des soldats de l’Empire.

armoiries-general-de-maringone
Armoiries du général Vionnet de Maringoné.

Ainsi, après avoir été accueilli par les portraits des généraux Lonchamp et Vionnet de Maringoné, le visiteur pourra notamment découvrir le sabre d’honneur et le brevet de baron d’Empire de ce dernier. Parmi les pièces exceptionnelles qu’il aura ensuite le loisir d’admirer figurent plusieurs coiffures de la Garde impériale : bonnet de grenadier à cheval, casque de dragon, shakos de voltigeur et de sous-officier de tirailleurs. On trouvera également un rarissime mousqueton de chasseurs à cheval de la Garde Consulaire, dont seuls 7 exemplaires sont actuellement recensés.

Au travers de baies vitrées, on pourra enfin jeter un oeil sur les collections en partie visibles du Musée d’armes de l’Office de Tourisme de Pontarlier, dont quelques œuvres phares sont présentées dans l’exposition. Auparavant installées dans des salles d’exposition au château de Joux, les voilà à présent, le temps de la rénovation en cours de ces salles, sagement rangées sur des étagères des réserves du musée municipal. Ces œuvres ont, pour l’occasion, bénéficié d’une restauration.


affiche-exposition-deux-comtois-de-la-garde-de-napoleonDeux Comtois de la Garde de Napoléon – Exposition au musée municipal de Pontarlier (2 juillet 2016 – 1er septembre 2017).

Horaires d’ouverture : Lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h. Samedi, dimanche et jours fériés de 14h à 18h. Fermé le mardi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s