Parution de la Feuille de Route : « Spécial Marine impériale »

Le nouveau numéro de la Feuille de Route – publication mensuelle gratuite sur la Révolution et l’Empire – est paru ! Il a pour thème la marine du 1er Empire.

Fichier à télécharger ici  Feuille de Route n°15 – Spécial Marine

Bonne lecture !

Marine Impériale
Aspirant de 1ère classe et marins d’un équipage de haut-bord – Planche de « JOB » publiée dans les « Tenues des troupes de France ».

 

Publicités

Une réflexion sur “Parution de la Feuille de Route : « Spécial Marine impériale »

  1. Bonjour

    Très intéressant. J’ai été en particulier attiré par les paragraphes sur l’eau à bord des navires.
    Plusieurs commentaires de médecin, microbiologiste et épidémiologiste:
    Trois litres par homme et par jour c’est vraiment très peu et serait considéré aujourd’hui comme un rationnement maximum.
    Ce n’est pas l’aspect putride de l’eau ni son odeur qui en signent le danger. Une eau d’apparence parfaitement claire put contenir des bactéries hautement pathogènes. Mais évidemment une eau qui était contaminée au départ voit proliférer la population bactérienne (d’origine humaine, principalement fécale, ou tellurique) et d’algues. La plus dangereuse est le bacille de la fièvre typhoïde qui faisait des ravages à l’époque et dont plusieurs épidémies ont été décrites. Effectivement les médecins ne savaient pas encore ce que c’était qu’un microbe et l’origine des fièvre était comprise des façons les plus diverses. Ces maladies étaient décrites en fonction des signes cliniques uniquement: fièvres putrides, ataxiques ou adynamiques, hectiques, récurrentes etc… Le bacille de la typhoïde est exclusivement humain et sa présence signe une contamination de l’eau par un porteur aux mais sales au départ ou pendant la traversée (manipulations).
    Ce que j’ai trouvé plus passionnant encore est la description de ces « petits vers » extrêmement mobiles et fins lors de la « troisième maladie de l’eau ». Cette description est fortement évocatrice de larves de moustiques. Des femelles ont pondu dans le port de départ dans les tonneaux et les larves éclosent au cours de la traversée. Ce qui donne des moustiques adultes à l’arrivée. Si les femelles pondeuses du pays d’origine étaient contaminées par un virus comme celui de la fièvre jaune (traversées de Cuba, St Domingue et des Antilles vers l’Europe), les moustiques pouvaient causer des épidémies dans les ports d’arrivée.
    Ayant fait un travail sur ce sujet il y a quelques années, cette description est passionnante car elle vient étayer la théorie que j’avais formulée à l’époque…
    Référence: http://bertrand.mafart.free.fr/paleoanthropology_paleopathology_full_text_mafart/Yellowfever_history_europe_mafart.pdf

    Amicalement
    Marc

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s