« Conscription » ?

Les conscrits de 1807 Boilly
Les conscrits de 1807 défilant devant la porte Saint-Denis. Détail d’un tableau de Louis-Léopold Boilly – Paris, Musée Carnavalet. 
La conscription : c’est l’inscription sur des listes – appelées rôles – de tous les Français âgés de 20 à 25 ans. Ces listes sont compilées sous forme de tableaux, fournissant divers renseignements sur les conscrits. En outre, lesdits tableaux servent à la formation du contingent.

Le contingent : c’est le nombre d’hommes destinés, chaque année, à servir aux armées. Le contingent d’une année « normale » avoisine les 60000 hommes pour l’ensemble du territoire français. En 1812, le contingent est fixé à 120000 hommes.

La classe : le service étant obligatoire de 20 à 25 ans, le contingent se compose de plusieurs classes d’âge : la classe des 20 ans, la classe des 21 ans, et ainsi de suite. Un soldat situe toujours sa classe d’appartenance par rapport à l’année de ses 20 ans. Exemple. un soldat né en 1785 a 20 ans en 1805. Il fait donc partie de la classe 05.

Si le nombre d’hommes nécessaires à la formation du contingent n’est pas atteint, on fait appel aux classes suivantes : ceux qui ont 21 ans, puis ceux qui ont 22 ans, et ainsi de suite, jusqu’à la classe des 25 ans. Bien entendu, ce système de service militaire n’est guère égalitaire. En effet, les individus partis à l’âge de 20 ans font 5 ans de service, alors que ceux appelés à l’âge de 24 ans ne s’acquittent que d’une année.

Le conscrit : c’est un homme âgé de 20 à 25 ans, inscrit sur les listes de la conscription. C’est donc l’âge qui désigne ceux destinés à partir à l’armée, le service militaire étant obligatoire pour les hommes âgés de 20 à 25 ans. A noter que tous les conscrits ne deviendront pas des soldats : cela dépend du tirage au sort et de la réforme militaire.

Le tirage au sort : à partir de l’an X, pour désigner ceux qui devront partir à l’armée, on recourt à la méthode du tirage au sort. En présence du préfet et du commandant de la gendarmerie impériale, les conscrits tirent un numéro. Si ce dernier est supérieur au chiffre indiqué pour la formation du contingent, le conscrit n’est pas appelé.
Exemple : le contingent de l’année 1808 pour l’Ardèche est fixé à 480 hommes. Tous ceux qui tirent le « mauvais numéro » – entre 1 et 480 – partent rejoindre un bataillon à l’armée.

Réformer un conscrit : le retirer des listes du service militaire pour des raisons médicales et/ou familiales.

Le réfractaire : c’est celui qui tente de se soustraire au service militaire. Il existe des moyens légaux (le mariage, le remplacement …) et des moyens illégaux (la simulation d’infirmités, la mutilation volontaire …). Certains conscrits n’ont pas hésité à se trancher des doigts de la main pour ne pas pouvoir tirer au fusil. D’autres se sont brisés les dents afin de ne plus pouvoir déchirer les cartouches contenant la poudre nécessaire au chargement du fusil.

Le déserteur : le soldat qui s’enfuit de l’armée. Les peines qui le visent sont d’une grande sévérité et peuvent aller jusqu’à la peine de mort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s